Le rapport est une copublication des lobbys (European Technology Platforms) des biofuels (EBTP) et du CCS (ZEP), avec Bellona Europe qui a contrbué le secrétariat rédactionnel.

Source: Bellona.

Trois remarques sur les résultats principaux:

  • Le gros titre tiré du rapport serait In Europe, Bio-CCS could remove 800 million tonnes of CO2 from the atmosphere every year by 2050, mais ça serait du Science et Vie. Pour faire quelque chose, surtout collectivement, il est nécessaire d'avoir une vision de ce qui pourrait être. Certes. Mais ça ne veut pas dire que le could vaut un will.
  • Le rapport conclut aussi que certain biofuels production routes could provide “low-hanging fruits” for early, low-cost CCS deployment. C'est vrai aussi. Techniquement, on pourrait faire un forage à 500m de l'usine et tout in-jeter dedans, mais on n'est pas au far west. A cause des économies d'échelles à réaliser dans le réseau de transport et le stockage, la viabilité économique d'un projet de BioCCS isolé est difficile à justifier.
  • Une troisième conclusion est Bio-CCS – the only largescale technology that can remove CO2 from the atmosphere. C'est vrai. Le only est une pique vers les arbres artificiels, mais passons. Le potentiel de capture est 100Mt par an en 2020 d'après le rapport. Dans 8 ans : Under the Directive 2009/28/EC the share of renewable energy in the transport sector rises to a minimum 10% in every Member State in 2020 [...] use of sustainable biofuels only,. C'est un objectif politique, à considérer en gardant à l'esprit la performance passée: The 2007 Biofuels progress report shows that, in 2005, biofuels reached only 1% of the market and that the EU will miss its 5.75% target for 2010 by a long way. Only two countries (Sweden and Germany) reached the target of 2% by 2005.