L'article est intitulé How a "Low Carbon" Innovation Can Fail, on est prévenu que l'histoire n'est pas rose. Une lecture courte et bienfaisante, qui fait le point sur le désenchantement après les scénarios et les modélisations excessivement optimistes des années 2000. Retour sur terre: à ce jour on ne compte toujours zéro centrale électrique avec CTSC, zéro démonstateur industriel, et fort peu de projets qui continuent. Les auteurs avancent cinq raisons:

  1. L'oligopole électriciens - équipementier est insuffisamment motivé pour changer le statu quo technologique actuel, en particulier compte tenu du faible prix du CO2.
  2. On a réparti l'effort sur les 3 voies de captures, alors que seule la postcombustion était prête.
  3. Les modèles étaient trop optimistes sur les coûts de capture.
  4. On s'est trop concentré sur l'énergie et pas assez sur l'industrie, qui elle a moins de substituts renouvelables.
  5. On a négligé les difficultés du transport et du stockage.
Je n'ai pas très bien compris contre qui l'article est à charge, finalement. On = Agence Internationale de l’Énergie ? Le papier aurait gagner à évoquer la crise économique et financière, et à situer le passage à vide actuel du CTSC dans la théorie générale des innovations technologiques: vallée de la mort, coordination des anticipations, il y avait beaucoup à dire...