Une réponse dans notre article récement publié: Ha-Duong et Loisel (2011) Actuarial risk assessment of expected fatalities attributable to carbon capture and storage in 2050. International Journal of Greenhouse Gas Control. doi:10.1016/j.ijggc.2011.07.004

Additional fatalities expected in 2050 if CCS is used at a large scale

Résumé: Nous estimons le coût humain attribuable en 2050 au choix de l'option captage-transport-stockage du carbone (CTSC) pour limiter de 1 GtC les émissions de gaz à effet de serre dans la production d'électricité. L'approche actuarielle utilisée intégre toutes les étapes de la chaîne CTSC: extraction additionnelle et transport du charbon, puis captage, transport, injection et stockage du CO2. Le nombre de décès attendu dans le monde est estimé à quelques centaines. Les mines de charbon et les transports sont les étapes les plus dangereuses. La plupart des dangers examinés sont des risques professionnels ou des risques familliers. Le niveau de risque auquel est soumis, dans les sociétés occidentales, la population voisine d'une installation industrielle moyennement dangereuse est évalué à 0.001 décès par an. Si les sites de stockage géologique sont à ce niveau, alors l'étape de stockage serait négligeable dans le total des décès attendus le long de la filière: moins de un décès attendu par an. Toutefois pour démontrer statistiquement ce niveau de fiabilité, les projets de stockage géologique de CO2 dans 20 prochaines années doivent fonctionner sans aucune défaillance fatale.