Captage et stockage du CO2, enjeux techniques et sociaux en France.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 16 avril 2013

Comment capter le CO2 d'un haut fourneau arrêté (contribution invitée)

Dans le cadre de ma participation à l'ARP REAGIR sur la géoingénierie de l'environnement (dont la réunion a mi parcours aura lieu à la fin du mois au CIRED, me contacter pour une invitation), j'ai le plaisir de publier cette contribution de François Clin intitulée Deux concepts en rupture radicale pour épurer le CO2 de l’environnement global (ou comment capter le CO2 d'un haut fourneau arrêté). Dans ce texte, François explore des voies de capture directe du CO2 à partir de l'air en vue de son stockage géologique. F. Clin (2013) Deux concepts en rupture radicale...

vendredi 12 avril 2013

Annonce du séminaire des doctorants de la chaire CTSC - 15 mai 2013 à Paris

Le prochain séminaire des doctorants de la Chaire CTSC se tiendra le 15 mai 2013 à MINES ParisTech, 60 boulevard Saint Michel 75006 PARIS (Salle Vendôme).

  • 13h00 Chao Gu, Thèse 2A : Création d'un modèle inductif de croissance de cluster industriel à flux optimisés pour le contrôle des émissions de CO2

  • 13h30 Jonas Pigeon, Thèse 3A : Acceptabilité sociale du Captage, Transport et Stockage du CO2 sur l'axe Seine

  • 14h00 Stéphanie de Vigan, Thèse 2A : Stockage géologique du CO2, considérations juridiques sur l’exploitation du sous-sol comme ressource

  • 14h30 Claire Pacini, Thèse 2A : Conséquences d’une injection d’un mélange de gaz (CO2 + O2) en réservoirs d’hydrocarbures déplétés

  • 15h15 Gisèle Suhett-Helmer, Thèse 2A : Développement d’un modèle de propagation sous-critique des fissures dans le stockage géologique de CO2

  • 15h45 Sarah Bouquet, Thèse 3A : Étude des interférences à court et moyen termes entre injections multiples dans un aquifère

  • 16h15 Carole Langlais, Thèse 3A : Impacts géochimiques et minéralogiques de la présence d'O2 sur les roches de réservoir et de couverture dans le cadre du stockage géologique du CO2

  • 16h45 Florian Osselin, Thèse 3A : Séquestration du CO2 supercritique en aquifère salin profond : évaluation des propriétés pétrophysiques de la roche constitutive

  • 17h15 Conclusion

  • 17h30 Fin de la journée

Pour s'inscrire avant le 30 avril: http://www.chaire-ctsc.fr/contact

vendredi 29 mars 2013

Second séminaire international des chaires CTSC

Le second séminaire international des chaires CTSC s'est tenu du 25 au 27 mars, 2013 à Paris & Le Havre, France. Il a rassemblé une cinquantaine de participants de France, Canada, Norvège et Espagne. Les horizons étaient comme d'habitude variés et équilibrés: une groupe de doctorants, chercheurs, politiques et industriels qui travaillent en géologie, ingénierie et sciences sociales.

Quelques idées marquantes:

Le procédé DMX-1 de l'IFPEn avance bien. La communication est en mode startup plus qu'en mode science. Sur le powerpoint ce solvant démixant a toutes les qualités. Tests pilotes prévus à Brindisi en 2015-2016 pour mise sur le marché en 2017.

À Lacq, TOTAL a cessé l'injection le 15 mars 2013. Le cumul est 51Mt CO2. Le CAPEX est 60M€. Le flux n'était pas d'une haute pureté en CO2, il comprenait encore quelques pourcent d'oxygène et d'azote. La prochaine étape est de monter à 200MWth en oxycombustion.

Air Liquide a un portefeuille de technologies de séparation: absorption, cryogénie, membranes, (V)PSA. Choisir en fonction des compositions en entrée, en sortie et des quantités. Elles peuvent être panachées, en particulier cryogenic ASU + Membranes. Les progrès notables ont été enregistrés dans l'efficacité énergétique des unités de séparation d'air cryogéniques pour l'oxycombustion. L'oxycombustion est proposée en rétrofit. Air Liquide fournit beaucoup de projets: Lacq, FutureGen 2, Callide, Ciuden. Ont un projet propre de captage du CO2 sur une unité de production d'hydrogène à Port Jérôme.

Le pilote EDF, Alstom et Dow Chemical du Havre a été construit par modules en Irlande, livré par bateau et assemblé à la grue. Budget 22M€ dont 25% ADEME, capacité une tonne de CO2 par heure. Il est actuellement en cours de validation: capter les premières 350t ce printemps, avant de déclarer bon pour le service et inaugurer. L'originalité du projet réside dans le Advanced Flow Scheme (heat integration, improved absorber and regeneration) mais le design précis du process est secret commercial.

  • Study goal 1 = Define operating enveloppe and optimize the Advanced Flow Scheme. AFS has heat integration, improved absorber design and advanced regeneration and secret flowsheet. It aims at achieving the highest efficiency of all capture pilots, decreasing the reboiler duty by 34% over conventional baseline based on existing process.
  • Study goal 2 = Emissions and waste measurement
  • Study goal 3 = Solvent degradation, impact of oxygen
  • Study goal 4 = Amine reclamation by electrodialysis (instead of the usual chemical regeneration)
  • Study goal 5 = Material corrosion (for better choice at higher scale)
  • Study goal 6 = Optimize operations for transitions like hot/cold startups
L'évènement était de très bonne tenue intellectuelle et sera répété l'année prochaine. Je repars optimiste sur l'avenir de la Chaire.

mardi 26 mars 2013

Legal and societal aspects of CCS: Where do we stand in early 2013 ?

Keynote opening to the session 5 – Legal and societal aspects of CCS at the 2nd International Chairs Seminar on Carbon Capture, Transport and Storage 25th – 27th march 2013 | Paris & Le Havre, France

The climate change problem is not going away. Nuclear energy is still developping, 66 reactors are under construction. But this number is small compared to the 1200 coal power plants currently proposed in the world (according to WRI November 2012 report). And increasing intermittent renewable electricity generation and relying on international electricity trade can only go so far before one has to build fossil (natural gas) power plants to regulate the power supply. Thus, there is still a need to decarbonize energy and industry.

Yet the business case for investing in CCS is hard to make at the moment. Business cases can be based on short term profit, long term goals, or image arguments, and CCS fails in the three areas. There is no short-term return on investment, not until infrastructures and components are available at reasonable costs. The long-term strategic case for CCS is undermined by the absence of clear and strong climate policy. The communication or corporate responsibility value is also questionable, because of the risk of being associated with poor image of fossil energy, shale gas or nuclear waste storage.

In Europe, the recent history of CCS and short term perspectives for CCS are weak. The Lacq project, having ceased injection March 15th, demonstrated technical and social feasibility at the 51 ktCO2 scale. But the France-Nord project did not find the storage capacities take the next step forward. Germany adopted a 'CCS research only' stance. The UK have an offshore storage only policy. The Netherlands also banned storage under their own territory following the Barendreicht project rejection. We will forever wonder how things would have turned out if they did not try a first storage project under a densely populated area, or even if such a thing would have been conceivable in this country.

The NER300 program, which was supposed to provide support of CCS and renewable energy demonstration projects, is a big fail for CCS so far. Based on the sale of the first 200 million EUA (1t CO2 emission permits), a maximum of €1.5 billion was available to co-fund successful projects under the first call for proposals. In December 2012, the European Commission made a funding award of over €1.2 billion for 23 highly innovative renewable energy demonstration projects. No carbon capture and storage (CCS) project was awarded funding. Member States were unable to confirm the CCS projects put forward. The unused funds 300k€ will be carried over and made available for the second call for proposals, to open early April 2013. The English, who withdrew their candidates to rethink their CCS policy late in the game, plan to come back on the second round. The ULCOS project in France, canceled with prejudice, will probably not. Note that given the oversupply on the EU emission trading system (about 1B tCO2), the value of the remaining 100 million t CO2 emission permits is low. The CO2 permit went under 3€/t in late January, trades at around 4€ currently, and the member states have not agreed yet on how to save the system from collapse.

In the world, the situation is not as negative as in Europe. The GCCSI's 2012 report found that, in the past year, the net number of large-scale, integrated projects increased by one – to 75 – with eight projects being cancelled and nine new projects joining the ranks. Five of the new projects are in China, which appears to have become the fastest growing region for CCS. Other significant developments noted in the report included the opening of the CCS testing facility, Technology Centre Mongstad, in Norway, and Southern Company’s post-combustion project at the coal-fired Plant Barry power plant in the US becoming operational. Two large-scale demonstration projects singled out as being well on track for 2014 were Canada’s Boundary Dam and Kemper County in the US. Two oxycombustion project, the Spanish 300MW OXYCFB demonstrator at CIUDEN, and the FutureGen 2.0 project in North America, are on track to open in a few years.

Thus, we wonder if CCS is at a tipping point in Europe. Are our legal and social systems agile enough to compete globally in big technology ? Are we going to be out-innovated by other regions in the world with a 5% annual economic growth rate ? Or are our biggest corporations so transnational yet that what happens in Europe is irrelevant to their future successes ?

lundi 14 janvier 2013

Le fiasco du CCS au NER300 (web review)

Europe’s untamed carbon

With its carbon-trading market and tough emissions targets, Europe plays the part of responsible adult at climate-policy negotiations. But in a growing blemish on its low-carbon image, the region has fallen behind North America in the slow crawl to demonstrate systems for capturing greenhouse-gas emissions from power plants and industry — even as it increases its use of coal. Announcements made just before Christmas underlined Europe’s troubles in launching large carbon capture and storage (CCS) projects. A European Commission fund set up two years ago in part to support CCS could not find a single scheme to finance, and instead gave €1.2 billion (US$1.6 billion) to renewable-energy projects... Lire la suite sur Nature.com

ULCOS: a CCS project withdrawn under peculiar circumstances

News of ULCOS’s withdrawal from the first call broke on 6 Dec 2012. The European Commission confirmed it had received a letter from ArcelorMittal (AM), the Project Sponsor, saying the project faced insurmountable technical challenges. Its withdrawal was significant in Brussels and among the CCS community because it was the last CCS project in the competition, making this a public relations disaster for CCS. It was significant in France because ULCOS would have given a raison d’être to AM’s steel plant in Florange. Production there had been winding down for at least 18 months and the threat of job losses loomed large... Lire la suite sur NER300.com

mercredi 21 novembre 2012

CCS in CDM not a market reality anytime soon

Carbon capture and storage (CCS) projects have been accepted for the Clean Development Mechanism (CDM) in COP 17 Durban, 2011 (FCCC/KP/CMP/2011/10/Add.2 Decision 10/CMP.7). Yet, there are many reasons to believe that this political statement is not going to be followed soon by any CCS CDM projects.

The rules for CDM are still very burdensome. The liability for leakage is transferred to the host country. It is going to be LOT of paperwork and spit to convince a developing country administration to take liability for these risks. A 5% "project reserve" to account for leakage risks means that a fraction of certificate of emission reductions (CER) has to be set aside for 20 years. This looks more like a tax to me. Who believes in the value of a CER in 20 years ?

For that matters, who believes in the value of a CER today in 2012 ? Market prices are around €4 per ton of CO2. That's way below production costs for CCS, even for an already pure and clean CO2 streamflows. And one can imagine where the already oversupplied market would go if a CCS project started to offer an additional million of CER per year.

Anyway, the European Commission --and therefore Australia, which is linking with the European Trading System-- is only going to accept CER from less developped countries. Brazil, China or other middle income economies, where CCS-scale projects are more accessible, are excluded.

Finally, the Kyoto Protocol ends this year, its continuation is not negociated yet, and key countries such as US and Japan left. There are doubt about the future of the CDM. Isn't it practically done for already?

In conclusion, the agreement on CCS in CDM provides a useful starting points for countries which have not yet written the laws regulating CCS. Otherwise, it looks successfully delayed to insignificance. The real question is how to fit CCS in new mechanisms such as NAMAs, the Green Climate Fund, and other bi/multilateral agreements.

See also: Carbon Capture Journal (2012-03) CCS included under the CDM at COP17 .

mardi 9 octobre 2012

Supports du cours à l'Ecole Polytechnique Féminine, Sceaux, automne 2012

Support des cours Carbon Capture (MSEIE5EN32, Environmental and Innovative Engineering specialization) en anglais et Stockage de Carbone (MSEEE5EN14, option Energétique et Environnement) en français. Classes d'environ 30 étudiants en 5e année d'école d'ingénieur. Supports très majoritairement en anglais. Six demi journées de trois heures.

Course material

Student's presentations

Students were asked to produce a 20 mn talk and a written report on the following topics:

  1. Case study: Statoil CCS project in Sleipner
  2. Case study: CCS projects in Le Havre
  3. Case study: The CCS fiasco in Barendreicht
  4. Case study: EOR and monitoring in Weyburn-Midale
  5. Case study: BP's activities at In Salah
  6. Case study: The story of FutureGen 1 and 2.0
  7. Safety study: Pipelines accidents
  8. Safety study: Well accidents in oil and gas exploration/production
  9. Safety study: Coal, clean coal and mining risks
  10. Safety study: CO2 risks in non-energy sectors: agriculture, fire supression and others activities
  11. Policy study: The Rotterdam Climate Initiative
  12. Policy study: Political and operational actions at the international scale in support of CCS development
  13. Policy study: Chinese CCS projects, plans, programs and policies
  14. Policy study: Australian CCS projects, plans, programs and policies

Field trip

Unfortunately, the field trip to Le Havre was not schedulable this year.

References

The small print

* Published on this page with the author's permission.

Regarding the teaching material written by Minh Ha-Duong, I hereby allow re-use, modification and republication under the condition that a reference is made to this blog. Editable source files and exercises are available upon your professoral request.

lundi 1 octobre 2012

Danker Daamen, 16 décembre 1951 - 27 septembre 2012

In memoriam Danker Daamen

jeudi 27 septembre 2012

Conférences CCS d'automne 2012

Le 3ème colloque franco-espagnol sur le stockage géologique du CO2 aura lieu à Orléans les 17 et 18 octobre. Il sera suivi le 19 octobre d’un séminaire ANR-ADEME-Chaire CTSC sur les projets en cours et les priorités de recherche pour les années à venir.

The GHGT-11 will be held 18th-22nd November 2012, Kyoto International Conference Center, Japan. The GHGT conference series has established itself as the principal international conference on greenhouse gas mitigation technologies especially on CCS (CO2 Capture and Storage). We expect over 1000 participants. Link to view papers from the conference - oral and poster presentations - use the programme planner and search by author

jeudi 28 juin 2012

New "Biomass with CO2 Capture and Storage (Bio-CCS), the way forward for Europe" report

Le rapport est une copublication des lobbys (European Technology Platforms) des biofuels (EBTP) et du CCS (ZEP), avec Bellona Europe qui a contrbué le secrétariat rédactionnel.

Source: Bellona.

Trois remarques sur les résultats principaux:

  • Le gros titre tiré du rapport serait In Europe, Bio-CCS could remove 800 million tonnes of CO2 from the atmosphere every year by 2050, mais ça serait du Science et Vie. Pour faire quelque chose, surtout collectivement, il est nécessaire d'avoir une vision de ce qui pourrait être. Certes. Mais ça ne veut pas dire que le could vaut un will.
  • Le rapport conclut aussi que certain biofuels production routes could provide “low-hanging fruits” for early, low-cost CCS deployment. C'est vrai aussi. Techniquement, on pourrait faire un forage à 500m de l'usine et tout in-jeter dedans, mais on n'est pas au far west. A cause des économies d'échelles à réaliser dans le réseau de transport et le stockage, la viabilité économique d'un projet de BioCCS isolé est difficile à justifier.
  • Une troisième conclusion est Bio-CCS – the only largescale technology that can remove CO2 from the atmosphere. C'est vrai. Le only est une pique vers les arbres artificiels, mais passons. Le potentiel de capture est 100Mt par an en 2020 d'après le rapport. Dans 8 ans : Under the Directive 2009/28/EC the share of renewable energy in the transport sector rises to a minimum 10% in every Member State in 2020 [...] use of sustainable biofuels only,. C'est un objectif politique, à considérer en gardant à l'esprit la performance passée: The 2007 Biofuels progress report shows that, in 2005, biofuels reached only 1% of the market and that the EU will miss its 5.75% target for 2010 by a long way. Only two countries (Sweden and Germany) reached the target of 2% by 2005.

mercredi 16 mai 2012

Compte rendu du séminaire "Questions autour du géo-ingénierie"

Séance du 15 mai 2012 du séminaire "Changement Climatique et Biosphère: expertises, futures et politiques". Séminaire animé par Amy Dahan, Hélène Guillemot, Christophe Bonneuil, les mardis, 14-18h au Centre Alexandre Koyré "Histoire des Sciences et Techniques" 27, Rue Damesme - Paris 13è

About 15 people, three presentations 40'+20', in English. Partenaires du projet REAGIR présents: Amy Dahan, Sophie Godin, Minh Ha-Duong

A Historical perspective on atmospheric egineering. A periodization.

Régis Briday, 4th year PhD student at Centre Alexandre Koyré, working on the history of global atmospheric chemistry, ozone depletion.

Régis takes the long historical perspective, as in J.R. Fleming's 2010 book "Fixing the sky: The Checkered History of Weather and Climate Control"

Definitions

Period 1: 1890-1940

  • Mid 19th century, the concept of climate refers to the character of a specific place.
  • From the end of 19th, John Tyndall, Arrhenius and others recognized the importance of radiation balance in the climate.
  • Two main technological trajectories already distinguished: Solar Radiation Management and CO2 management
  • A positivist ideology: plant growth (=crop yields) stimulation
  • No enquiry on large scale ecosystems such as oceans (it's only a sink).
  • Only a minority of scientists were interested.
  • Political limits: belligerent states at the early 20th have different and shorter term goals
  • Scientific limits: few believe Humankind has the means to really change global environment.

Period 2: 1940-1965

  • WWII and cold war context.
  • Apogee of weather modification programs within the military-industrial-scientific complex.
  • Small but respectable scientific topic.
  • Regional scale: from fog dispersal at airfields to logistic chain and food supply disruption plans in enemy territory
  • Global scale: the idea emerges since the availability of The Bomb makes it technically possible. Example: Harry Wexler 1962.
  • Atmospheric engineering appears in international diplomatic talks. Example: JFK 1961 UN speech mentioning "Cooperative efforts in weather predictions and eventually weather control."
  • Also a time of global utopias, including terraforming Mars and Venus

Period 3: 1965-1990

  • Weather modification looses scientific respectability.
  • Some research carries on but the technology and the market are not there.
  • Environmental concerns rise and give more weight to uncertainty and risks, as well as transparency. Military lack of transparency does not help.
  • Operation Popeye to seed monsoon clouds over the Ho Chi Minh trail (1967-1972 "make mud, not war") led to a UN treatise banning military weather modification: the Environmental Modification Convention (ENMOD), formally the Convention on the Prohibition of Military or Any Other Hostile Use of Environmental Modification Techniques.
  • Discussions on global biochemichal cycles manipulation remained on the agenda - ocean fertilization for example. Always linked with global change and risk, but in the early 80's with a spirit of optimism.

Period 4: 1990-now

  • The catastrophist argument: "Geoengineering, we may need it."
  • The necessity for international consensus and cooperation is questioned.
  • Moratorium on ocean fertilization in 2008.
  • Growing weight in diplomacy and scientific literature.

Critique of Keith (2000) article:

DK says GE is similar to that was called climate modification in the cold war, but ignores the belligerent past of the concept, and is not concerned about the amount of sustained international cooperation needed. Proponents argue that GE is allowed by and may be necessary for a sustained economic growth. GE suffers from same uncertainties as climate system modeling. IPCC included few GE in its assessments, and the National Academy of Science did not talk about it much after its 92 report.

QA:

  • Eva: Is that science fiction or do we have real-world cases ?
  • Amy: The latests IPCC round include a negative emissions scenario.
  • : UK funded a demonstration project with a pipe and a baloon to look at stratospheric aerosols injection feasibility.
  • : There is a controversy on wether we can test it small scale without deploying it.
  • : For Wexley it was an intellectual exercise, as head of the USA Weather Bureau he wrote on everything.

Making climate change governable: carbon accounting as geo-engineering or self-engineering?

Eva Lövbrand, Centre for climate science and policy research, Linköping University, Sweden.

1. Why carbon accounting is not geoengineering in conventional terms

  • Engineering the climate can be seen as a miracle big technofix. That is not what I look at.
  • Carbon accounting is a diverse set of day to day techniques, methods and tools to account for carbon emissions.
  • They operate on a range of geographical and political scales, from intergovernmental to individual.
  • They make the climate change issue legible.
  • My overall research field is 'the how' of Climate Governmnentality.
  • This mode of analysis is born out of Foucault's rethinking of political power and modern European rule in the late 70's.
  • I use a broad understanding of "government" as "the conduct of conduct", not limited to States.
  • We look at analytics of government: ways of seeing, perceiving, producing truth, acting...
  • We look at rationalities of government (knowledge and styles of thinking, see above) + technologies (social tools, practices)

2. Analytics of carbon accounting

2.1. Globalizing the climate

  • Carbon accounting practices has made climate governable.
  • From mid 60s to late 80s, the term "climate" changed from a local to a global meaning in science.
  • That change was brought about by GCMs.
  • Its iconic illustrations are Keeling's CO2 at Mauna Loa curve and Vostock's ice core CO2 records
  • Its social consequences are the establishment of in ICRP, IPCC and other international science networks.
  • UNFCCC Article 2 establishes CO2 as the metric (HDM note: pas d'accord, la convention est en GHG ce sont les accounting guidelines qui ont adopté la métrique CO2 equivalent (CO2e) )

2.2- Territorializing global carbon flows

  • IPCC and the SBSTA have developped the standardised reporting guidelines since 1996.
  • National communication make comparison and allocation of responsibility possible.
  • This has been central in the responsability discussions.
  • Reporting is done both gas by gas and agregated, using CO2e
  • China is now 1st, but the concept of "major emiters" was critiqued by Agarwal et Narain 1991: agregate emissions matter less than per capita emissions, luxury emissions matter less than survival emissions, and net emissions should deduce natural sinks allocated proportionally to population (HDM note: also, one should account for exports of carbon in industrial goods):
  • Anil Agarwal, Sunita Narain (1991) Global Warming in an Unequal World: A Case of Environmental Colonialism. Centre for Science and Environment (New Delhi, India) 36 pp.

2.3- Mobilizing responsible carbon subject

Individual C accounting techniques have profilerated in the last 10 years. YOU can measure your carbon footprint and make smart, responsible choices (then buy our offsets).

3. Carbon accounting as governmentality

Perhaps carbon accounting techniques open the door for climate engineering

QA:

  • Me: Governmentality should look not only at the rules but also at how people cheat.
  • Me: Trust problems: 1/ individuals have no access to the real ETS and 2/ CO2 markets are not trustworthy, even the ETS is corrupted.
  • Me: Definite Yes to 3. As an economist, I think a working CO2 market is necessary and sufficient for socially efficient use of (or rejection of) CCS and air capture.
  • Amy: The collective learning about CO2 accounting is a (the?) successfull point of the 20-year UNFCCC process. Guidelines 'r good. But that was not enough to reduce emissions. Was that because we focused on an end of pipe approach ?
  • Amy: Rockstrom et al., as well as your talk, lack any intergovernmental politics. The analysis also miss the scale between individual and international.
  • Q: Why governmentality and not governance ?
  • A: Yes, governance is the dominant mode of discussion of climate policy, and it includes nonstate actors. But my approach focuses less on actors in a zero-sum power game, and more on performative practices.

Issues of scale and ignorance in geo-engineering.

Ocean fertilization, aerosol albedo enhancement and the role of the Convention on Biological Diversity in issue articulation Mieke van Hemert, Postdoc at IFRIS-CAK with Amy Dahan.

GE emerged in the public policy discourse in 2009 with two key events:

2/ Copenhagen failure

Provided a window of opportunity for GE advocates, "It's a fiasco, let's think seriously about plan B we may need it". Emergence of a geo-engineering discourse stating that Solar Radiation Management (SRM) is cheap.

The red Royal Society report "Geoengineering the climate".

  • The RS commitee recommends researching the GE option for 10M£ / yr for 10 years.
  • The RS commitee provides an affordability and effectiveness map (RS 2009, p. 49) to compare various GE techs.
  • CO2 capture from the air seen as most promising and safe option
  • Urban surface albedo seen as low affordability and effectiveness (HDM note: UK bias ! Cool roofs have been the traditional construction mode in all mediteranean countries for ages, even Detroit is interested)
  • The RS commitee regarding risk and uncertainty: It's ignorance rather than risk. PP applies. No moratoria but codes of conduct. Weight GE risks against CC risks. (Note HDM: C'est contradictoire avec le premier point !)
  • That position is in line with today's ideas on the governance of emerging energy technologies.

Codes of conducts:

Oxford principles on geoengineering:

  1. Principle 1: Geoengineering to be regulated as a public good.
  2. Principle 2: Public participation in geoengineering decision-making
  3. Principle 3: Disclosure of geoengineering research and open publication of results
  4. Principle 4: Independent assessment of impacts
  5. Principle 5: Governance before deployment

Asilomar 2.0 "principles for research"

Asilomar Scientific Organizing Committee (ASOC), 2010. The Asilomar Conference Recommendations on Principles for Research into Climate Engineering Techniques, Climate Institute, Washington DC, 20006.

SRMGI (2011) Solar radiation management: the governance of research

Proctor (2008) typology of ignorance

  1. The not yet known. Science as a frontier.
  2. The neglected (un)knowns. Ignorance as a lost realm.
  3. The not to be known. Actively maintained ignorance.

Concernant la fertilisation des océans par le fer (OIF)

  • 2007: The Planktos company announced its intention to fertilize 10.000 km² and then more, and sell CO2 offsets.
  • 2008: Parties to the Convention on Biological Diversity (CBD) agree to a moratorium on large scale experiments and commercial operations.
  • 2008-04: Planktos lays off all personnel
  • 2010: IOC's consensus report summarizes a persisting diversity of views
  • DWR Wallace, CS Law, PW Boyd, Y Collos, P Croot, K Denman, PJ Lam, U Riebesell, S Takeda, & P Williamson: 2010. Ocean Fertilization. A Scientific Summary for Policy Makers. IOC/UNESCO, Paris (IOC/BRO/2010/2).

Concernant le Solar Radiation Management (SRM) par l'injection de particules stratosphériques

  • Mount Pinatubo eruption injected 10 Tg of S in the stratosphere
  • Injecting 1-5 Tg/yr to increase planetary albedo seem consistent with offseting 2xCO2
  • According to DK: Known risks appear small but unanticipated risks are concerns.
  • Those including: Moonson regime changes, O3 layer, international equity.
  • There is a discourse on risks trade offs and optimization.
  • There is a controversy on wether meaningful testing can be done without full scale deployment
  • There is an argument to work only from "natural experiments"
  • The STS (Science Technology Society) results on the difference between field and lab experimentation.

Personal toughts

  • Was there a RS comitee CCS bias caused by the industry or from technology maturity lifecycle effects ?
  • This Geoengineering research is "blind and elephants". Some think about CCS, some air capture, SRM, OIF...
  • There is also a confusion of timescales
  • Some presenters and attendees had "ad hominem" critiques, up to questioning competency and attributing baseless words and intentions to geoengineering researchers. That's you, David !

vendredi 27 avril 2012

Four take-home concepts from the third IEA GHG SRN meeting

The IEAGHG 3rd Social Research Network Meeting was held in Noosa Heads, Queensland, Australia, 12-13 Avril 2012. About 40 researchers from Australia, Europe, North America and Japan convened to present the latest research results, methods and projects in the field. I came back from the meeting with ideas for several research papers, a renewed interest in causality, and a few new concepts. Here are four of those.

Social License to Operate
The Social License has been defined as existing when a project has the ongoing approval within the local community and other stakeholders, ongoing approval or broad social acceptance and, most frequently, as ongoing acceptance. Source: socialicense.com. Variantes: social license to authorize (when there is a problem, it's the regulating agency which gets dissolved not the corporation). Social license to expand.
Cognitive Closure
A desire for definite knowledge on some issue and the eschewal of confusion and ambiguity. Source: wikipedia. The term became popular in the 1990s due to its use in the popular media. Normal people don't have that about CCS.
Focus Event
A social tipping point.
Mediation analysis
The part of Statistics which allow to check if the direct influence A->B is stronger or not than the indirect influence A->C->B. Used a lot in experimental psychology. For larger causal graphs, see J. Pearl.

vendredi 6 avril 2012

Hirschhausen, Johannes Herold, and Pao-Yu Oei: Tales from a "Lost Decade" for Carbon Capture, Transport, and Sequestration (CCTS)

L'article est intitulé How a "Low Carbon" Innovation Can Fail, on est prévenu que l'histoire n'est pas rose. Une lecture courte et bienfaisante, qui fait le point sur le désenchantement après les scénarios et les modélisations excessivement optimistes des années 2000. Retour sur terre: à ce jour on ne compte toujours zéro centrale électrique avec CTSC, zéro démonstateur industriel, et fort peu de projets qui continuent. Les auteurs avancent cinq raisons:

  1. L'oligopole électriciens - équipementier est insuffisamment motivé pour changer le statu quo technologique actuel, en particulier compte tenu du faible prix du CO2.
  2. On a réparti l'effort sur les 3 voies de captures, alors que seule la postcombustion était prête.
  3. Les modèles étaient trop optimistes sur les coûts de capture.
  4. On s'est trop concentré sur l'énergie et pas assez sur l'industrie, qui elle a moins de substituts renouvelables.
  5. On a négligé les difficultés du transport et du stockage.
Je n'ai pas très bien compris contre qui l'article est à charge, finalement. On = Agence Internationale de l’Énergie ? Le papier aurait gagner à évoquer la crise économique et financière, et à situer le passage à vide actuel du CTSC dans la théorie générale des innovations technologiques: vallée de la mort, coordination des anticipations, il y avait beaucoup à dire...

mardi 6 décembre 2011

Félicitations au docteur Audrey Laude-Depezay

Cérémonie de doctorat d'Audrey Laude, Université d'Orléans, 2/12/2011

Mme Audrey Laude-Depezay a soutenu sa thèse intitulée Investir dans le stockage géologique du carbone à partir de biomasse : une approche par les options réelles le vendredi 2 décembre 2011 devant le jury composé de Marc Baudry, Professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (rapporteur) ; Didier Bonijoly, Chef de la Division Géologie au BRGM ; Mouez Fodha, Professeur à l’Université d’Orléans (président du jury) ; Xavier Galiegue, Maître de Conférences HDR à l’Université d’Orléans (co-directeur de thèse), Minh Ha Duong, Directeur de Recherche CNRS au Cired (rapporteur) et Lionel Ragot, Professeur à l’Université d’Evry Val d’Essonne (co-directeur de thèse).

Le jury a attribué à Mme Audrey Laude-Depezay le grade de Docteur ès Sciences Economiques, avec la Mention Très Honorable et les Félicitations du Jury à l’Unanimité.

Pour ma part j'ai trouvé que la qualité première du mémoire est de partir d'un cas concret, l'économie de la sucrerie-distillerie d'Artenay, et de parvenir à monter ensuite en généralité jusqu'à proposer des résultats sur la durée optimale des cycles de négociation climatique. L'ampleur du travail est marquée par un caractère interdisciplinaire ingénierie/économie et une approche de la transversalité de la discipline des sciences de gestion aux mathématiques financières. Tant les questions discutées que les méthodes sont à la frontière de la recherche, en particulier l'emploi de l'algorithme Lonstaff Schwartz (LSM) pour les options réelles.

jeudi 20 octobre 2011

Flux du 2ème colloque hispano-français sur le stockage de CO2

Le 2ème colloque hispano-français sur le stockage de CO2, se tiendra du 24 au 26 octobre 2011 à Ponferrada, On m'informe qu’il sera possible de le suivre en direct en web streaming sur le site du colloque.

mardi 11 octobre 2011

Colloque CSCV (Captage, Stockage, Valorisation du CO2) à la bibliothèque de l'Alcazar, Marseille, 11-10-11

Organisé par le "Pôle Risques" sans être particulièrement orienté sur le risque, ce colloque a réuni plus d'une cinquantaine de participants, l'audience-cible d'un tel pôle de compétitivité: industriels, organismes de recherche, PME et collectivités territoriales. La matinée et le début d'après midi ont été consacrés à des présentations de projets ANR/ADEME réalisés ou en cours. La journée s'est achevée par la présentation des bilans des programmes ANR et ADEME, et les retours d'expériences de PME et de trois pôles de compétitivité.

J'ai présenté les résultats du sondage d'opinion 2010 montrant que la notoriété a progressé par rapport à 2007 mais pas la cote d'amour. Les rapports synthétique et détaillé sont disponibles sur le site du CIRED. Remarque: Dans le questionnaire, le texte de présentation des risques commence à dater, il faudra penser à le réviser si on refait le sondage.

Q/R sur la session introductive:

Q: Mme la conseillère régionale des Verts partage l'importance de mentionner la valorisation du CO2 pour intéresser les gens. C'est de meilleur goût que de commencer la conversation en parlant de nouvelles centrales au charbon. R: V et S sont indissociables car pour Valorisation il faut Captage, et pour Captage il faut Stockage.

Projet VASCO

But: Préparer un schéma directeur de la gestion du CO2 dans la région Paca à moyen terme.

Débuté hier, 13 mois. Coordinateur administratif&financier le Pôle Risque, coordinateur technique Geogreen.

Cofinancé par de grands industriels et adhérents du pôle, réalisé par Geogreen, BRGM, IFPen, IFREMER, Air Liquide, GDF-Suez (comme d'habitude...)

Initiative intégrée à l'échelle du bassin industriel, approche écologie industrielle. Enjeux: pérénisation des industries émettrices, planification territoriale, reconversion des tables salantes, augmentation de l'activité portuaire (évaluer le réalisme de l'export CO2), création de nouvelle filière.

Axes: - Optimisation d'une stratégie de mutualisation du captage (i.e. exploiter les sources chaudes ou froides disponibles) - Approfondir la géologie pour le stockage, onshore et offshore - Identification des solutions de valorisation industrielle (technologies existantes) - Développer la technologie de valorisation microalgues en bassin lagunaire: R&D en milieu naturel, pb fonciers

Q@VASCO: Qu'est-ce qu'une distance de stockage raisonnable ? R: on regarde à moins que 100km à terre, et proche off shore en mer.

Q@VASCO: Quid au delà de 10 mois ? R: On vise idéalement un pilote par axe, mais le financement sera >> 1M€ à voir donc.

Q: Jusqu'où peut on monter en % du CO2 valorisé ? R@VASCO: incluant l'export pour EOR, on vise une part "importante" valorisée soit donc 5-10 fois plus que les quelques pourcent de la feuille de route. Le stockage est conçu pour le surplus non valorisé. R@ADEME: La feuille de route est déjà 10x par rapport à la valorisation actuelle.

Projet TGR-BF

By Arcelor-Mittal, en collaboration inter-sidérurgistes dans le cadre d'ULCOS. Projet en route depuis >2 ans, à Florange (risque économique). Principe: Injecter en bas du haut fourneau de l'oxygène pur au lieu de l'air. Récupérer en haut CO+CO2+H2 sans azote. Séparer le CO2 et recirculer le CO+H2 en bas du fourneau. Même sans la capture, ce cycle évite 11% du CO2 émis et économise 8% de l'énergie, d'après les simulations.

Résultats:

  • Définition du "flow sheet": capture par un Pressure Swing Absorber et purification du CO2 par Cryogénie (Air Liquide).
  • Caractérisation par calcul et essai pilote (ailleurs en Europe) de l'état du haut fourneau en marche normale ou perturbées (balance énergie...).
  • Développements sur le dépoussiérage avant le PSA, les vannes, les lances à O2, les matériaux céramiques réfractaires.
  • Modèlisation géologique. Le permis d'exploration a été demandé en Avril 2010, à ce jour il est en instruction. - Début de communication essentiellement en région.

Perspectives: - Fin 2012: Ingénierie de détail finie - Mi 2012: Campagne sismique 2D - Fin 2012: Résultat de l'appel d'offre NER300 - Si OK, mise en place pour fin 2016.

C2A2

Captage CO2 par Amines Avancées C2A2. Sur la centrale EDF du Havre, avec Alstom et Dow. Projet rejoint par Véolia sur ses fonds propres.

Pourquoi EDF s'intéresse t il au CSCV ? Même si le parc est très nucléarisé en France, il reste que plus de 10% de la puissance est à flamme. Et bien plus dans le groupe à l'étranger.

Pourquoi la post-combustion ? C'est intégrable dans nos centrales actuelles ou en construction.

Pourquoi les Amines Avancées ? La technique est éprouvée industriellement, même si pour les centrales thermiques minimiser la dégradation des amines reste le challenge.

Point clé du projet: Améliorer les performances énergétiques. Les centrales modernes tutoient 45% de rendement, mais avec le CCS on perdrait 12 points soit un retour au rendement très moyen du parc actuel. Pour cela le projet développe des combinaisons procédé (Alstom)/solvant (Dow) innovantes.

Avancement: Le génie civil est sur le site depuis mai 2011. L'équipement de capture 1tCO2/h, monté à blanc dans les usines d'Alstom, est livré sur le port du Havre. L'installation est imminiente, en fonction du planning opérationnel de la centrale. Ce jour le site accueille une exposition visitable dans le cadre de la fête de la science.

CICADI

Captage du CO2 postcombustion par contacteur membranaire en faisceau de fibres creuses (~des pailles de 1mm diamètre, liées en bottes). Avantage et inconvénients des contacteurs membranaires sur les colonnes à garnissage classiques:

  • + Surface d'échange++ -&larrow; échangeur 4-10 fois plus compact, pouvant être horizontal
  • + Séparation des phases gaz et liquide -&larrow; débits indépendants, pas de moussage ni de perte de solvant...
  • - sauf si détérioration des membranes: perçages à cause d'à-coups de pression au démarrage
  • - le téflon c'est cher

Innovation: membrane bicouche avec une couche dense hydrophobe CO2-perméable (peu épaisse donc économique) sur un support robuste et peu cher. Process: enduction d'une fibre support par un polymère liquide, greffe dans une chambre UV, rinçage.

Résultats obtenus: Développements process et tests de performance et de résistance. Développements sur les carters. Les 3 ans et demi du projet ont validé le concept, la suite passe aux questions d'optimisation pour l'industrialisation:

  • La couche dense qui fait 4 microns doit encore s'affiner d'un ordre de grandeur.
  • Optimisation de la fibre creuse support
  • Valider technique et économie sur fumées réelles

Q@CICADI: Est-ce qu'il faudra traiter les fumées ? R: la qualité de la fumée va être critique, la vapeur d'eau est colmatante. Il faudra soit un prétraitement, soit une régénération.

MECAFI

A étudié les matériaux et l'intégration technico-économique de capture du CO2 dans les fumées d'incinération (donc humides) par membrane céramique de nouvelle génération. La sélectivité et surtout la perméance n'ont pas été à la hauteur des objectifs initiaux. L'encrassement est aussi un problème, il faut régénérer pour retrouver la performance. Verrou non levé, le passage à la pré-démonstration industrielle n'est pas opportun. Les brevets pris sur les matériaux développéw sont en cours d'application à d'autres usages.

Q@CICADI+MECAFI: Est-ce que les pb des membranes céramiques vont pas être pareils ? A@CICADI: On vise 15-20€ / m² de membrane. On sait aujourd'hui faire des membranes de traitement de l'eau pour villes avec des volumes significatifs à 25€ / m² . Ensuite il faudra faire des démonstrateurs pour valider la confiance en traitement de gaz. A@MECAFI: En conditions réelles le gaz même bien filtré (<1 mg de poussières) contient encore des traces qu'encrassent. A: Les fumées de centrale thermique au gaz naturel sont de bonne qualité.

France Nord

(présenté par Dominique Copin, Total) Démarrage: 2009-12 pour 8.5 années. Coûts: total 54M€, aide ADEME 22M€. Marché visé: mondial et stockage massif en aquifères.

Objectifs: démontrer la faisabilité du captage en région France Nord et la capacité de stockage en aquifère du bassin de Paris. Etudie un stockage mutualisé, préfigurant une infrastructure.

  • Phase actuelle jusqu'en 2012: Étude. Sélection des sites (aquifère salin AND profond AND sans faille AND grand AND bien couvert).
  • Phase suivant, vers un pilote: Concertation, autorisation...
  • Injection visée pour 2016.

En accompagnement: Recherche et Développement sur les connaissances, méthodes et techniques dédiées au stockage géologique du CO2 en aquifères salins profonds.

Proche Puits

Durée 2007-12 / 2011-05. Coût 2.65M€ dont 1.16M€ d'aide ANR, une suite de Géocarbone. BRGM, IFPen, 6 autres partenaires dont 2 étrangers et 2 académiques (U Nancy et UPPA). Objectif: Trouver la formule P-T-Q-t pour maîtriser et maintenir l'injectivité des puits d'injection de CO2.

Méthodes: modélisation et expérimentation - PVT du CO2 et gaz co-injecté (colonne du puits) - conditions P&T (entrée dans le réservoir) - assèchements et dépots de sels (proche puits) - échanges de masse/chaleur et réactions géochimiques et géomécaniques (proche puits/champ proche) - fluides mobilisés

Résultats marquants: - Mise en évidence du blocage par les sels (alteration de la perméabilité dans un grès des Vosges). - Validation des modèles diphasiques en proche puits. - Développement d'un modèle mécanique par particules, qui calcule la fissuration. - Mise au point d'un dispositif expérimental d'injection radiale dans une carotte rocheuse.

Perspectives: Patcher les modèles de simulation avec les résultats, et voir l'extrapolation aux systèmes réels.

Q@Proche puits: Points clés de la mise à l'échelle? R: L'hétérogénéité des perméabilités relatives n'est pas facile à emboiter. Il y a des hystérésis, tout est évolutif quand on fait des cycles successifs. Q@France Nord: Quel périmètre d'émetteurs ? R: Le Havre, la Lorraine, Dunquerke y sont, les sources sont variées.

HPPP-CO2

Contexte: on veut connaitre le comportement mécanique dans un réservoir (re)pressurisé, avec les problèmes de microfracturation et grandes hétérogéneités à l'échelle métrique. Innovation: Validation d'une nouvelle sonde de mesure de pression/déformation en forage (HPPP alpha 1). La sonde isole le puits au dessus et au dessous d'une fracture, on pressurise la chambre cylindrique ainsi créée en injectant de l'eau et on mesure les déformations du cylindre. Pour cela le haut et le bas de la sonde sont reliés par des tubes capteurs déformables. Expérimentation au laboratoire souterrain bas bruit. Développement d'un protocole de test hydromécanique: on mesure, on fracture, on remesure. Après avoir craqué la roche, on sait comment la roche craque. Perspectives: développement sonde alpha 2 financé par l'ADEME, puis beta 1 et beta 2 avec utilisations au delà des sites de stockage de CO2.

Q@HPPPP: La lubrification des roches intervient elle dans l'explication des fracturs ? R: Pas dans nos expériences de 30mn avec des calcaires. C'est même l'inverse, les fractures se referment et se recimentent. Q2: On échantillonne à 500Hz, on peut capter des déformations de 10-6 m. On voit nettement la limite de la déformation statique, plastique, qui arrive plusieurs minutes avant la seismissité (rappel: on force la montée en pression par rapport à un stockage IRL). On a donc la loi couplage qui permet de prédire la fuite. C'est utile parce que la seismissité n'explique d'une petite partie de l'endommagement du réservoir.

SENTINELLE

Monitoring de surface, terrain Lacq-Rousse 2007-12 / 2012-8 , suites d'ANR Géocarbone Monitoring

Finalités: - État initial géo-bio-atmo sphère - Suivi durant l'injection - Méthode de surveillance

Axes: - Métrologie, surtout télédétection terrestre (!= satellite) - Monitoring, intégration des mesures - Modélisation couplée des compartiments (de -100m à +5000m, on ne suit pas le réservoir ni le puits)

  • Puits sentinelle dédié de 80m près du puits d'injection, noyé jusqu'à -46m, équipé de sondes diverses.
  • Mini puits de 3m aussi équipé de sondes de débit, température, concentrations. Affichage déporté sur internet.
  • Réseau de points de mesure par campagnes. Exemple de résultat: flux de CO2 sol/air, données de panel sur 7 campagnes, #40 points.
  • Mât de 5m de haut, mesure en continu (vent 3D, T, P, humidité, CO2) portée 1 km.
  • Télédétection par IR qui permet de mesurer et représenter les panaches atmosphérique de CO2.
  • Télédétection laser LIDAR, appareil en construction au LMD. Mesure en même temps le CO2 et le vent. Résolution temporelle 1mn, spatiale 100m indépendant de la distance de visée, précision 4ppm CO2. Marche quand il y a des nuages pour servir de miroir. Container avec le laser qui sort du toit.

Actuellement: en phase d'intégration des données et de reporting.

Q@Sentinelle: Déconvolution de l'état mis en commun pour comprendre les évolutions du CO2 observées ? R: Oui, on développe des modèles prédictif de transfert de gaz entre les compartiments (dans le sol, dans la biosphère, dans l'atmosphère). Les modèles de diffusion atmosphérique actuel sont théoriques, on vise (à terme) à les valider par des expérimentations de télédétection.

Optique-CO2

Développement d'un capteur à fibre optiques pour la surveillance de sites de stockage du CO2. Capteur souterrain, mesure déportée en surface, instantanée, réversible, continue, ne modifiant pas le milieu mesuré.

Mise au point d'un verre transparent à 4.3µ ; Filage des fibres ; Mise au point du système capteur. Le rayonnement infrarouge est émis par une fibre spéciale excitée par un laser conduit par une fibre normale. ; Test terrain: précision 5-10%

Perspectives: miniaturiser, retester, industrialiser, médicaliser, généraliser à d'autres gaz à effet de serre.

Q@Optique: Est-ce que que la sonde peut pour servir d'alerte sur longue période ? R: Selon ce que le BRGM va vouloir en faire. Ca devrait tenir dans le temps, modulo l'électronique: la fibre ne bouge pas, donc plusieurs mois sûr, plusieurs années probablement. Mais on a pas d'essais de longue durée.

MANAUS

(présenté par Yann Le Gallo, Geogreen) 2011-12-23, 12 mois, ADEME But: Méthodologie d'analyse de risque du stockage. Rédaction d'un référentiel fonctionnel commun, listant les cibles et les modes de défaillance possibles. Puis rédaction d'un guide à l'usage du stockeur. Etapes: Cartographie des méthodes et outils, analyse qualitative des logiciels, retour sur les cas pratiques. Perspective: offre de service commune aux industriels.

lundi 22 août 2011

Le CCS réduit les émissions de CO2 sans trop déprimer la demande en combustibles fossiles.

Dans un monde avec CCS, les prix du charbon et du pétrole seront plus élevés que dans un monde sans. Et si les combustibles fossiles coûtent plus cher, ils seront moins utilisés. Cet effet touchera tous pays, même ceux qui n'utilisent pas le CCS. C'est l'hypothèse que discutent les collègues Philippe Quirion, Julie Rozenberg, Olivier Pierre Sassi et Adrien Vogt-Schilb dans leur document de travail récement publié:

How CO2 Capture and Storage Can Mitigate Carbon Leakage

No 2011.15, Working Papers from Fondazione Eni Enrico Mattei

Abstract:Most CO2 abatement policies reduce the demand for fossil fuels and therefore their price in international markets. If these policies are not global, this price decrease raises emissions in countries without CO2 abatement policies, generating “carbon leakage”. On the other hand, if the countries which abate CO2 emissions are net fossil fuel importers, they benefit from this price decrease, which reduces the abatement cost. In contrast, CO2 capture and storage (CCS) does not reduce fossil fuel demand, therefore it generates neither this type of leakage nor this negative feedback on abatement costs. We quantify these effects with the global hybrid general equilibrium model Imaclim-R and show that they are quantitatively important. Indeed, for a given unilateral abatement in OECD countries, leakage is more than halved in a scenario with CCS included among the abatement options, compared to a scenario prohibiting CCS. We show that the main reason for this difference in leakage is the above-mentioned international fossil fuel price feedback. This article does not intend to assess the desirability of CCS, which has many other pros and cons. It just identifies a consequence of CCS that should be taken into account, together with many others, when deciding to what extent CCS should be developed.

lundi 8 août 2011

Le CCS, combien de morts ?

Une réponse dans notre article récement publié: Ha-Duong et Loisel (2011) Actuarial risk assessment of expected fatalities attributable to carbon capture and storage in 2050. International Journal of Greenhouse Gas Control. doi:10.1016/j.ijggc.2011.07.004

Additional fatalities expected in 2050 if CCS is used at a large scale

Résumé: Nous estimons le coût humain attribuable en 2050 au choix de l'option captage-transport-stockage du carbone (CTSC) pour limiter de 1 GtC les émissions de gaz à effet de serre dans la production d'électricité. L'approche actuarielle utilisée intégre toutes les étapes de la chaîne CTSC: extraction additionnelle et transport du charbon, puis captage, transport, injection et stockage du CO2. Le nombre de décès attendu dans le monde est estimé à quelques centaines. Les mines de charbon et les transports sont les étapes les plus dangereuses. La plupart des dangers examinés sont des risques professionnels ou des risques familliers. Le niveau de risque auquel est soumis, dans les sociétés occidentales, la population voisine d'une installation industrielle moyennement dangereuse est évalué à 0.001 décès par an. Si les sites de stockage géologique sont à ce niveau, alors l'étape de stockage serait négligeable dans le total des décès attendus le long de la filière: moins de un décès attendu par an. Toutefois pour démontrer statistiquement ce niveau de fiabilité, les projets de stockage géologique de CO2 dans 20 prochaines années doivent fonctionner sans aucune défaillance fatale.

mardi 19 juillet 2011

Marché du CO2: que pensent ses participants?

Traduction des résultats principaux du rapport Carbone 2011, publié à la Point Carbon’s 7th annual conference, Carbon Market Insights 2011 in Amsterdam, 1-3 March 2011. Résultats d'un sondage international auprès des participants aux marchés de permis d'émission du CO2.

  • Les évaluations du SCEQE (EU ETS en anglais) sont de plus en plus favorables. Le SCEQE est tenu comme l'instrument le plus efficace pour réduire les émissions dans l'Union Européenne par 49% des répondants, le plus haut chiffre atteint à ce jour.
  • Dans le secteur électrique et l'industrie lourde, 59% des répondants s'accordent à dire que le SCEQE les a ammenés à réduire leurs propres émissions. Ce chiffre est aussi un maximum historique, par rapport aux 54% l'an dernier. Cependant, les réductions causées par le SCEQE sont généralement inférieures à 10% de la baseline.
  • Les répondants du secteur électrique sont ceux qui se sentent le mieux informés à propos de leur allocation de quotas pour la phase 3. Parmi tous les secteurs, la part des répondants connaissant leur allocation de phase 3 "exactement" ou "plutôt bien" est en hausse de 22% à 28%, tandis que le groupe de ceux qui sont «très incertain» ou «n'ont aucune idée» est en baisse de 37% à 25%.
  • Le MDP constitue toujours un marché immature, selon les répondants. Seulement 18% sont en accord avec la déclaration selon laquelle «le marché du MDP est mature.» La part de ceux qui considérent le MDP comme l'instrument le plus efficace pour réduire les émissions dans les pays en développement est de 31%, contre 34% qui sont en désaccord.
  • Plus de la moitié des répondants impliqués dans le marché primaire du MDP disent qu'ils ont investi ou vont investir dans les pays les moins avancés (PMA). Au cours des trois prochaines années, ces mêmes répondants estiment probable que 50 à 100 projets MDP dans les PMA seront enregistrés. (Note du traducteur: A partir de 2013, seuls les CER de projets réalisés dans les PMA seront éligibles sur l'ETS. La Commission n'acceptera plus les certificats de réduction en provenance de Corée du Sud, de Chine ou d'Inde par exemple.)
  • Une majorité de répondants s'attend à restrictions qualitatives supplémentaires dans le SCEQE. Un total de 56% s'accorde à penser que l'UE va interdire des types de projet au-delà des HFC et N2O acide adipique. (Note: A partir de 2013, les credits des projets de réduction d'émissions de HFC-23 and N2O acide adipique ne seront plus acceptés.)
  • En Californie, la plupart des répondants s'attendent à un prix du carbone de 10-15 $/t en 2012. La plupart s'attendent également à des prix variant entre 17 $/t et 50 $/t en 2020. Les participants au RGGI s'attendent à un abaissement du plafond à partir de 2012.
  • Dans le système néo-zélandais, 41% des répondants disent qu'ils sont courts (Note: pas assez de permis). L'enquête ne montre pas d'indications de fuite de carbone causées par l'ETS NZ.
  • Parmi les nouveaux types de crédits proposés, les répondants estiment que les crédits REDD (réduction de la déforestation) sont les plus susceptibles d'émerger à l'horizon 2016. Les crédits NAMAs (Nationally Appropriate Mitigation Action) sont estimés comme les moins susceptibles d'émerger. Les crédits produits par des accords bilatéraux, sectoriels ou domestiques dans l'UE domestiques sont entre les deux.
  • Les répondants s'attendent à un prix mondial du carbone de 31 €/t à 35 $/t en 2020. Ceci est inchangé par rapport à 2010.
  • Une majorité (54%) des répondants s'attendent à une deuxième période d'engagement de Kyoto. Les développeurs de projets MDP sont les plus susceptibles de s'attendre à ce que les objectifs de Kyoto soient prolongés, alors que les émetteurs du Japon et de Nouvelle-Zélande sont les moins susceptibles.

vendredi 15 juillet 2011

Vient de paraître: rapport ZEP sur les coûts du Captage Stockage du CO2.

Cher lecteur, chère lectrice,

J'ai le plaisr de vous partager ce message reçu aujourd'hui. Il annonce la parution des résultats d'une importante étude européenne (à laquelle je n'ai pas participé).

The companies, scientists, academics and environmental NGOs that together make up the Zero Emissions Platform (ZEP) are pleased to present a ground-breaking 4-part report on the costs of CO2 Capture and Storage (CCS) based on new data provided exclusively by ZEP member organisations on existing CCS pilot and planned demonstration projects.

Following two years of work, and with the involvement of over 100 experts, ZEP's CCS Costs Reports conclude that following the European Union’s CCS demonstration programme, CCS will be cost-competitive with other sources of low-carbon power, including on-/offshore wind, solar power and nuclear post-demonstration in the EU in the early 2020s.

As publicly available cost data is scarce, ZEP members provided their own in-house data in order to establish a reference point for the costs of CCS based on a “snapshot” in time (all investment costs are referenced to the second quarter of 2009). The aim: to estimate the costs of complete CCS value chains – i.e. the capture, transport and storage of CO2 – for new-build coal- and gas-fired power plants, located at a generic site in Northern Europe in the early 2020s. This is described in three reports on CO2 capture, CO2 transport and CO2 storage respectively, with resulting integrated CCS value chains presented in a summary report.

You can download the reports using the links below:

  1. Summary Cost Report
  2. CO2 Capture Cost report
  3. CO2 Transport Cost report
  4. CO2 Storage Cost report

- page 1 de 6